Coordonnées

  • 10 RUE FREDERIC MISTRAL 81200 MAZAMET
    10 RUE FREDERIC MISTRAL
    81200 MAZAMET
  • Tél : 0563614135

Actualités

Toutes les actualités

Petites annonces

Vidéos

Comment appliquer une pipette antiparasitaire à vo
Toutes les vidéos
Télécharger la fiche

Que penser d’un régime végétarien pour nos chiens et nos chats ?

L’alimentation de votre chien ou de votre chat est une préoccupation constante, car elle est garante de sa bonne santé à long terme. Elle doit répondre à des objectifs nutritionnels, pratiques et budgétaires.

De nombreux types de rationnements sont proposés : aliment sec, aliment humide, ration ménagère, ration végétarienne, ration de type BARF... et il est parfois difficile de s’y retrouver.

Cette fiche, issue de références scientifiques, vous apporte des éléments sur les rations végétariennes.

Qu’est-ce qu’un régime végétarien ?

Régime végétarien : régime alimentaire excluant la chair et les produits issus des animaux.

Régime végétalien : régime alimentaire excluant la chair et les produits issus des animaux ainsi que les œufs, le lait, le miel, le fromage et toute production animale.

Régime végan : régime alimentaire excluant toute forme d’exploitation animale.

Les régimes végétariens pour animaux ont fait leur apparition récemment sur le web et les réseaux sociaux, mode de consommation humaine qui tend à s’étendre à l’animal, le plus souvent pour des raisons de convictions personnelles.
Si des adaptations sont possibles, il faut être très vigilant pour ne pas exposer vos animaux à des dangers potentiels. En effet, par rapport au loup, le chien domestique peut utiliser les glucides et subsister avec une diminution des protéines animales ; cependant, cette évolution ne s’est pas faite chez le chat.

Peut-on assurer un apport protéique correct au chien et au chat avec un régime végétarien ?

Rappel : les protéines sont des molécules présentes dans toutes les cellules de l’organisme, formées d’acides aminés. La nature d’une protéine est déterminée par la séquence en acides aminés qui la composent (à la façon d’un collier de perles différentes). Elles ont des rôles extrêmement variés.

1- Les végétaux sont moins riches en protéines

Les protéines sont moins présentes dans les végétaux et moins digestibles ; ainsi, pour apporter une quantité correcte de protéines à un chien ou un chat avec un apport végétal, il faut donner une ration beaucoup plus volumineuse. Or, ces végétaux apportent d’autres nutriments, comme les glucides, ainsi l’apport énergétique de la ration sera beaucoup trop élevé.

Exemple : si on considère 2 rations contenant la même quantité de protéines, l’une au toffu et l’autre à la viande (5 % MG), la ration au toffu contient 38 % de calories en plus.

  • Donc, les protéines végétales ne peuvent convenir qu’à des chiens à des stades physiologiques peu demandeurs en protéines (adulte sédentaire de petite taille) ; elles ne conviennent pas au chat.

2- Les végétaux ne contiennent pas tous les acides aminés nécessaires au chien et au chat

Les protéines alimentaires d’un repas doivent garantir un apport dans tous les acides aminés nécessaires à la fabrication des protéines de l’animal : en effet, si un acide aminé manque, la protéine ne peut pas être synthétisée. Or, le chien requiert 10 acides aminés essentiels et le chat, 11 (l’humain, 8) et dans le monde végétal, 4 acides aminés sont très peu présents (Lysine, Cystéine, Méthionine et Tryptophane) et la Taurine (essentielle au chat) n’existe pas. Enfin, l’Arginine n’est pas suffisamment présente dans les végétaux pour le chat et sa carence est mortelle.

Exemple : pour nourrir un chien avec une ration végétarienne, il faudra lui apporter au cours du même repas au moins une source de céréales (carencée en Lysine) et une source de légumineuses (carencée en Méthionine) pour couvrir les apports.

  • Ainsi, pour un apport équilibré, aucun végétal ne comportant tous les acides aminés, il est nécessaire d’associer céréales et légumineuses dans le même repas, ce qui augmente fortement l’apport calorique et conduit à un excès de fibres.

Peut-on apporter les acides gras essentiels au chien et au chat avec un régime végétarien ?

Les acides gras essentiels sont des lipides (graisses) qui doivent être apportés par la nourriture, car le corps ne sait pas les fabriquer. Ces acides gras appartiennent à ce qu’on appelle les séries des omega 6 et des oméga 3. Les oméga 6 sont présents dans la viande animale. Le chat trouve les oméga 3 dans, par exemple, la cervelle de ses proies.

Le chien peut transformer certains précurseurs en acides gras essentiels, mais le rendement est très faible (de 1 à 20 %). Le chat ne sait pas du tout transformer ces précurseurs et doit obligatoirement avoir dans son alimentation de l’acide arachidonique, de la DHA et de l’EPA.

  • Les végétaux n’apportent que les précurseurs : les apports végétaux sont donc insuffisants chez le chien dans les situations de croissance, de gestation, de lactation et chez l’animal senior et ils sont totalement inadéquats chez le chat, quel que soit son statut physiologique.

Peut-on apporter les vitamines et les oligo-éléments nécessaires au chien et au chat avec un régime végétarien ?

La vitamine A possède une forme animale (rétinol) et une forme végétale (ß-carotène) : le chien sait transformer le ß-carotène en rétinol, malgré un rendement faible, mais le chat ne sait utiliser que le rétinol.

Les animaux ne fabriquent pas la vitamine D par la peau, la vitamine D2 végétale est moins efficace que la D3, animale.

Les besoins en vitamines B sont importants (notamment B2 et B6) et ne peuvent être couverts avec des apports végétaux. La vitamine B12 est exclusivement animale.

Les besoins en calcium sont 3 fois supérieurs chez le chien que chez l’homme, l’apport d’un minéral est nécessaire (Ca et P), aucune source végétale n’étant suffisante. Le fer animal (fer ferreux) est plus efficace que le fer végétal (fer ferrique).

Conclusion

Les aliments industriels dits végétariens (pour autant qu’ils soient « complets ») comportent nécessairement des compléments de synthèse dont le caractère naturel est discutable (à moins d’utiliser des sources animales).

Attention, beaucoup d’aliments industriels végétariens sont des aliments « complémentaires » et non « complets », lisez bien les étiquettes : s’il n’y a pas écrit « aliment complet » sur l’étiquette, il faut complémenter l’aliment.

L’alimentation végétarienne est impossible chez le chat ; elle est difficile (et non végétalienne) chez le chien et ne doit être réservée qu’à des adultes non stérilisés de petite taille (pas les chiens stérilisés dont les besoins protéiques sont supérieurs de 25%).

Votre vétérinaire est votre premier partenaire nutrition, demandez-lui conseil.

Astuce : un propriétaire végétarien ne souhaitant pas manipuler des aliments d’origine animale (préparation d’une ration ménagère) tout en voulant apporter une alimentation correcte à son chat ou à son chien peut utiliser des croquettes premium, servies avec une petite pelle.

Réflexion : au niveau légal, ne pas « fournir de la nourriture régulièrement à un animal permettant de vivre en bonne santé » est de la maltraitance animale. Ainsi fournir une ration végétarienne ou pire, végétalienne, à un carnivore domestique pourrait s’apparenter à de la maltraitance animale dans la mesure où elle ne peut pas apporter les éléments nécessaires à son maintien en bonne santé.